Kia Picanto

mardi 11 décembre 2007 10:25 par JB    

Qui s'y frotte s'y pique !

En concession depuis la semaine dernière, la Kia Picanto arrive sur le marché français avec un moral d'acier. Son ambition est de se hisser à la hauteur de la Panda de Fiat. Sacré challenge !


Depuis son introduction sur le marché européen en 2004, la Picanto s'est écoulée à 250 000 exemplaires, dont 20 000 ont trouvé preneur en France. Ce chiffre la place en 9ème position sur le segment A, loin derrière la Twingo de Renault et le trio 107, C1 et Aygo de Peugeot, Citroën et Toyota. En dépit de son déficit d'image, Kia compte sur son nouveau modèle pour grappiller de précieuses places afin de venir chatouiller ces cadors d'un segment en hausse, et devancer du même coup la Fortwo de Smart et la Fox de Volkswagen. Au regard des ambitions globale affichées par le constructeur coréen pour l'ensemble de sa gamme sur le territoire français, et des essais réalisés récemment en Castille, le pari semble possible. Luis Miguel Rojo Y Pinto, directeur du marketing et de la communication de la marque, rappelle à ce sujet les progressions faites par Kia depuis trois ans. " Depuis la filialisation de la branche française, en 2004, nous sommes passés de 8 800 véhicules par an à plus de 17 000. En 2010 notre objectif est de réaliser 37 000 ventes annuelles. Ce qui devrait représenter 1,7% de parts de marché. "

Le renouvellement de la gamme, entamé avec les modèles Ceed et Ceed SW, auquel vient s'ajouter un maillage plus important de l'Hexagone - 200 points de vente en 2010 - sont de nature à porter la marque vers des sommets jusqu'alors inconnus pour elle.

Nadal comme ambassadeur
Présentée en première mondiale au salon de Barcelone, testée par la presse française dans la région de Madrid pour ne pas faire de jalouse entre deux villes rivales dès qu'il est question de compétition, la nouvelle Picanto affiche un petit côté latin qui lui va plutôt bien. Jean-David Harel, chef de produit le reconnaît. " Les designers ont capitalisé sur l'ancien modèle tout en améliorant certains points comme la partie avant ou le traitement de l'habitacle. Le style est plus affiné voire plus féminin. L'ensemble suscite davantage d'émotion que le précédent modèle. "

Le capot, les ailes avant et les boucliers avant et arrière sont entièrement nouveaux. Quant aux projecteurs et aux feux arrière, redessinés, ils épousent aussi les rondeurs de la nouvelle version. Plus grande de 40mm, la Picanto ne gagne rien dans l'habitacle. L'essentiel se situe à l'avant au niveau du museau plus arrondi (+30 mm) et un peu à l'arrière dans le bouclier agrandi (+10 mm). Si l'espace est le même, en revanche le traitement de l'habitacle est différent. Beaucoup plus soignée avec ses plastiques de qualité et ses ajustements qui se rapprochent des références du segment, la Picanto se laisse facilement apprivoiser. Bien que la tonalité générale soit sombre avec l'unique couleur disponible, le noir, l'ambiance est agréable et profite de quelques touches de gaîté avec le rétro-éclairage orange des cadrans et les broderies rouges sur les tapis de sol à l'avant. Dommage que la climatisation soit en option sur les deux versions. Ambassadeur de la marque en Espagne Rafael Nadal devra prévoir des serviettes-éponges pour essuyer ses gouttes de sueur. A moins qu'une série spéciale, qui sait à son nom, propose cet équipement en série ?

Trois motorisations
La gamme Picanto se décline en deux finitions, Motion et Active, et trois motorisations. Un petit diesel de 75 chevaux et deux moteurs essence de 62 et 65 chevaux. Bien qu'elle ne représente qu'un quart des ventes sur un segment encore très essence, la motorisation diesel mérite que l'on s'y intéresse.  

Avec son petit trois cylindres de 1,1 litre au bruit si caractéristique, il s'accorde parfaitement à la Picanto. Dans le trafic routier son petit couple lui assure de bonnes reprises et sur la route il emmène aisément deux personnes à des allures déjà prohibées. Pour les routes de montagne sélectionnées lors de la deuxième partie des essais la motorisation montre ses limites en conduite soutenue. C'est d'ailleurs la même chose avec les motorisations essence. Saine et bien suspendue, la Picanto de Kia ne répercute pas les mouvements si caractéristiques des mini-monospace dans les courbes. Pour un long parcours et sans être trop chargé en bagages et en passagers, la Picanto se révèle donc une compagne très agréable. Et sobre !

Kia Picanto à partir de 7 990 €