comprendre ce qui se passe...

lundi 28 avril 2008 16:30 par JPJ    Metz

ainsi va l'actu messine.

Les choix pour la direction de trois structures publiques messines ou d'agglomération particulièrement importantes se sont joués au cours des derniers jours. Un nom revient comme en filigrane de ces nominations : celui de Noël Jouvaille qui a été jusqu'au 1 er février dernier le DGS de la ville.

On avait parlé de lui pour prendre la tête de l'UEM. Il avait finalement fait le choix d'être rattaché à la CA2M  afin d'y prendre, tout en étant élu à Metz, la responsabilité de l'association de préfiguration du Centre Pompidou Metz.
L'échec de la liste Rausch l'a amené à quitter le créneau politique dans lequel il venait d'entrer. La correction lui a fait quitter son affectation au Centre Pompidou. Il s'est donc remis à la disposition de la CA2M.

UEM : duo pour un moment décisif
Objet depuis deux ans de tous les fantasmes (la cagnotte)  et de tous les débats (quel pourcentage vendre ?) l'Usine d'Electricité de Metz va connaître lundi prochain un nouveau président. C'est Laurent Lajoye, un industriel mosellan, aérostier célèbre de surcroît, qui devrait succéder à Jean-François Muller, adjoint au maire sortant, professeur d'université. Ce dernier avait été élu à la fin de l'année dernière à la présidence de la nouvelle UEM.

La régie messine, présidée tout au long des dernières années par Jean Jacquet, ancien dirigeant de la sidérurgie, avait en effet été contrainte par la nouvelle réglementation européenne d'ouvrir son capital et de séparer ses activités de production et de distribution. Elle était devenue une SEM en accueillant comme actionnaire à hauteur de 15% la Caisse des Dépôts et Consignations. Sachant que l'UEM était valorisée entre 300 et 400 millions d'euros, on imagine l'importance et l'impact des décisions. Joyau de la couronne messine cette régie est aussi une poule aux œufs d'or assurant chaque année une bonne dizaine de millions d'euros de contribution au budget municipal. A ne pas tuer donc, de préférence. Une des premières missions du nouveau président sera de trouver un successeur au directeur général Gérard Vincent qui partira à la retraite au cours de l'été. Là aussi le débat a été fort au cours des derniers mois et une solution de  transition pourrait être mise en place. Plus stratégique que jamais pour la ville comme sur un marché de l'énergie qui ne voit guère de signes d'essoufflement des tarifs, l'UEM s'apprête à entrer dans une nouvelle phase de son existence.

CA2M : DGS story (1)
Hélène Kissel, directrice générale des services adjointe et qui assurait depuis plus d'un an la direction générale après le départ de Régine Claudel a été officiellement nommée directrice générale des services par Jean-Luc Bohl, le nouveau président de la CA2M. Une décision rapide, esquissée publiquement dès le soir de l'élection et qui permettait de mettre fin à d'autres  hypothèses...

Diplômée d'une École Supérieure de Commerce, Hélène Kissel  a entamé son parcours professionnel en 1987 comme assistante parlementaire de Jean-Marie Rausch, avant de rejoindre en 1988 les services de la Ville de Metz comme contrôleur de gestion puis responsable de l'Administration générale et de la coordination des services. En 1993, elle intègre le District de l'Agglomération Messine en qualité de chargé de mission et participe à l'évolution de cet établissement qui devient, le 1er janvier 2002, la Communauté d'Agglomération de Metz Métropole.

ville  de Metz : DGS story (2)
C'est Alain Kieffer, directeur général adjoint en charge des finances, qui ce mardi a assuré la transition en présentant à la presse les points du conseil municipal de Metz de ce jeudi soir. Occupation toute ponctuelle d'un bureau qui a vu défiler  en 35 ans Dominique Schmitt ( devenu préfet), Jean Larpenteur (un sous-préfet), le X-Pont Jolivet qui n'est resté qu'un an, Jacqueline Muzio, Régine Claudel et Noël Jouaville. C'est un sous-préfet qui devrait bientôt s'y installer M. Gilbert Deleuil, actuellement en charge d'un secrétariat général dans le Rhône.
Un choix ayant obtenu le feu vert de Bernadette Malgorn, ancienne préfète  de Région à Metz et actuelle directrice  générale de l'administration. C'est elle qui donne à ces fonctionnaires leur bon de sortie.  Elle se serait montré plus réticente par rapport à d'autres choix n'offrant pas les même garanties de neutralité. Dominique Gros de son côté voulait confier son administration municipale à quelqu'un qui soit neuf. " Il n'y a pas  forcément besoin d'avoir fait du foot avec l'un, ou soit copain avec l'autre ".