chantier du Centre Pompidou-Metz

dimanche 17 juin 2007 06:40 par FB    Metz

Spectaculaire dès l'automne.

Des grues et des engins de forage s'activent sur le chantier du Centre Pompidou-Metz depuis quelques semaines. Des hommes aussi. François Wagner, directeur régional Nord-Est et Antoine Rodriguez, directeur du projet pilotent la construction du Centre pour Demathieu et Bard. Rencontrés dans les locaux que l'entreprise a installé sur le chantier, ils évoquent le calendrier et l'organisation du chantier.  


Le chantier du Centre Pompidou-Metz est entré dans une phase plus active.

En quoi consistent les travaux en cours ?
Maintenant que les travaux de terrassement sont effectués, nous attaquons la réalisation des fondations. Dans un premier temps, nous allons procéder  à des forages pour placer 400 pieux de 12 à 14 mètres, d'un diamètre de 40 à 90 centimètres dans le sol.
Dans un second temps,  courant août-septembre, nous nous attacherons à les solidariser entre eux et à réaliser la dalle du rez-de-chaussée.

À partir de quand va-t-on pouvoir voir le bâtiment sortir de terre ?
Dès cet automne, nous nous attaquons à la construction des murs et des voiles. Nous entamerons également la réalisation des trois galeries longues de 80 m pour 15 m de largeur et 7 m de hauteur.
La première sera installée à 7 m de hauteur, la seconde à 14 m et la dernière à 21 m ce qui  va nécessiter un important dispositif d'échafaudage et de ferraillages. Fabriquées en béton, elles seront coulées sur place. Nous serons alors environ 150 personnes sur le chantier. Pour le public, cette phase de travaux sera spectaculaire.

Vous enchaînez ensuite avec l'installation de la toiture.
Effectivement, c'est programmé à partir de  juin 2008. L'assemblage des pièces (16 000 !) sera assuré sur place par une entreprise allemande spécialisée en la matière. Cela prendra environ six mois. La toiture sera ensuite recouverte par une membrane en fibre de verre qui sera déployée par petits morceaux, un peu comme on s'y prend pour poser des lais de papier peint sur un mur.
Dans le même temps, des entreprises du second oeuvre assureront l'aménagement du bâtiment : climatisation, électricité, évacuation, etc... Une trentaine d'entreprises interviendront. Puis nous installerons la flèche. Le pylône central mesurera près de 30 m.
La base de la flèche a la forme d'un hexagone (clin d'oeil à la France) de 6 m de côté.  Elle culminera à 77 mètres en référence à l'année d'ouverture du Centre Pompidou créé en 1977.  

Les architectes ont imaginé un bâtiment original. Est-ce que cela engendre des difficultés particulières pour la construction ?
La difficulté, c'est de faire cohabiter trois matériaux : le béton, le métal et le bois. Mais ce sont des techniques que nous maîtrisons parfaitement. Pour nous, le Centre Pompidou est un mélange d'ouvrage d'art et de bâtiment technique. Il faut également savoir que sur un chantier comme celui-ci, et compte tenu des délais très courts, rien n'est laissé au hasard. Une dizaine de bureaux d'études ont planché sur le projet dans leur domaine de compétences.
Il y a un plan A. Pas de plan B. Car nous sommes sûrs et certains que les décisions techniques prises sont les bonnes. Ce qui n'est pas forcément toujours le cas, lorsque nous effectuons par exemple des travaux souterrains où il y a une part d'inconnue plus grande.


Depuis le belvédère...
Depuis le belvédère de la Maison du Projet, les visiteurs peuvent apercevoir les engins de forage et les grues destinés à la réalisation des fondations du Centre Pompidou-Metz.
Les pelleteuses creusent le parking qui sera installé sous le parvis. Des évolutions qu'il est également possible de suivre depuis son écran d'ordinateur grâce à la webcam installée sur le site. Très honnêtement, le spectacle est encore intimiste et les acteurs peu nombreux.
Rien à voir avec l'agitation attendue dès cet automne avec la construction des trois galeries. Mais, comme dans toutes les aventures, observer les préparatifs aide parfois à mieux comprendre la suite des évènements.

Il y un an... En juin 2006, la Maison du Projet ouvrait ses portes. Depuis, elle a déjà accueilli 25 000 visiteurs de plus de 20 nationalités, individuellement ou dans le cadre de visites de groupes.
Un chiffre précis puisqu'il y a quelques jours à peine, Jean-Marie Rausch a personnellement accueilli le 25 000e visiteurs.

Nouvelle scénographie
Pour ses " un an ", la Maison du Projet a également enrichi sa scénographie avec des échantillons de matériaux, un échantillon taille réelle de la charpente mais en présentant également deux nouvelles maquettes. Des objets qui complètent les textes, plans et autres photographies déjà présentées. ?