Mairie d’Hayange

mercredi 3 décembre 2008 15:20 par RS    Hayange

Attention, rien ne va plus...

Des adjoints et des conseillers municipaux qui démissionnent à tour de bras, un climat explosif entre le maire et ses anciens soutiens. Cela ne semble plus tourner très rond dans le microcosme hayangeois. Attention, état de crise.

La nouvelle est tombée lundi. Franck Steffan démissionnaire de son poste d’adjoint à l’urbanisme et au développement durable de la ville d’Hayange. Le monsieur vert, porteur d’un des deux plus importants projets de la campagne de Philippe David - la mise en place de l’Agenda 21 – tire sa révérence à la scène locale. Il « Reprend sa liberté » pour rester fidèle au propos.

Une surprise. Une petite détonation même dans l’univers hayangeois mais dans l’absolu, pas de quoi s’alarmer forcément. Des adjoints qui démissionnent, cela arrive même si ce n’est que ponctuellement. Il y a un peu plus de raison de le faire pourtant lorsque l’on apprend le même jour, que l’adjointe au développement culturel, en charge du second gros thème de campagne, remet également sa démission. « Non concertée » qui plus est. « Mes raisons sont personnelles » explique Anne –Lyse Pellenz. « J’ai travaillé avec beaucoup de convictions et d’enthousiasme durant 8 ans en tant qu’adjointe à la jeunesse. Il n’en a pas toujours été ainsi mais aujourd’hui, je suis en désaccord avec le fonctionnement de cette mairie. Avec la façon qu’a prise le maire de traiter ses collaborateurs. Je ne suis pas en train de mener une guerre, je ne pars pas non plus comme j’ai pu l’entendre pour des raisons de santé. Mais je préfère investir mon énergie dans quelque chose de plus satisfaisant ». En toile de fond du dossier, le manque de concrétisation des projets culturels envisagés durant la campagne. « Il était question de rénover le Palace et on ne fait rien. On nomme un attaché culturel qui repart au bout de 9 mois. C’est un peu trop ».

Même discours pour Franck Steffan : « Beaucoup de choses n’allaient pas. En connaissance de certains dossiers explosifs, je préfère conserver mon honnêteté qui me dicte de partir ».

Hémorragie à stopper
Deux départs qui se transforment rapidement en épidémie puisqu’il y en aura deux autres, mardi et mercredi. Toujours au sein de la majorité de Philippe David, dont notamment celui de Monique Kemp, conseillère municipale investie dans les relations de la ville avec le Cameroun. « Pour des raisons personnelles. En particulier une vie trop pleine ». Mais un départ de plus. Que se passe-t-il alors à Hayange ? Philippe David qui souhaite « attendre un peu avant de s’exprimer » réagira à ces déclarations dans nos colonnes dès la semaine prochaine.
Mais en attendant, c’est bien une mini crise qui ébranle la vie municipale d’Hayange.

Si les 8 conseillers d’opposition rejoignaient le mouvement  et que dans le même temps, l’hémorragie ne s’arrêtait pas dans la majorité comme le laisse supposer le « il y en aura d’autres » de Franck Steffan, le maire pourrait alors être mis en minorité et poussé vers la sortie.
Un scénario dont on est encore loin, et pourtant, dont on n’a jamais été aussi  proche…